Le chat aux sept vies – Gin Shirakawa


Edition VF : Glénat 2020
Nombre de volumes : 3 (série terminée)
Type : Josei
Genre : Tranche de vie



Résumé : Nanao et Machi sont deux chats errants qui vient au quotidien au contact de la mort. A leurs yeux, les humains n’existent que pour les nourrir grâce aux « tables » qu’ils leur servent. Sauf qu’ils rencontrent un beau jour Yoshino Narita, une jeune femme de cette espèce qu’ils exècrent tant. Si la première impression est catastrophique, elle risque bien, à terme, de changer radicalement leurs vies à tous les trois…






Résumé : Nanao est un chat dont le maître a disparu. Yoshino Narita est une femme dont l’époux est mort. Pour cet animal et cet humain ayant tous deux perdu un être cher, ce collier qu’ »il » leur a laissé est la seule chose qui le relie. A la recherche d’un peu de chaleur pouvant apaiser leur souffrance, chacun décide de s’ouvrir peu à peu à l’autre…





Résumé : Vivre seul, et mourir seul. Nous les chats errants, nous devons savoir que notre vie ne tient qu’à un fil. Sans quoi nous risquons de finir écrasés sous le poids de l’incertitude. En revanche, une rencontre heureuse, une personne avec qui on a envie d’être, peuvent nous aider à donner un sens à notre naissance.






Mon avis : Voilà un manga qui m’a fortement touché tant l’histoire est très réaliste. Il traite de la dure vie des chats errants, du sentiment d’abandon de celui-ci par les humains mais aussi du deuil.
Je me suis vraiment beaucoup attachée au trio que forment Nanao, Machi et Yoshino. Même si cette dernière au début peut paraître dure envers les chats puisqu’elle en a peur, elle fait preuve de beaucoup d’attachement envers eux ensuite et à eux trois ils vont s’apporter beaucoup d’amour et ainsi avancer dans la vie.
Quant aux dessins, ils sont vraiment magnifiques et à travers eux on perçoit l’émotion des personnages.
Bref, « Le chat aux sept vies » est un gros coup de cœur pour ma part que je vous conseille de lire notamment si comme moi vous êtes une amoureuse des chats.

Neko no Ongaeshi (Le royaume des chats)

Le Royaume des chats (猫の恩返し, Neko no ongaeshi, littéralement « La gratitude du chat ») est un film d’animation japonais du studio Ghibli réalisé par Hiroyuki Morita, sorti en 2002. Il est adapté du manga Baron, neko no danshaku (バロン 猫の男爵, Baron: neko no danshaku, littéralement « Baron, le chat baron ») d’Aoi Hiiragi.

Synopsis : Haru est une jeune lycéenne de 17 ans pleine de doutes qui ne trouve pas sa place au milieu des autres. Sa vie bascule le jour où, sur le chemin du retour du lycée avec sa meilleure amie Hiromi, elle sauve la vie d’un chat qui manque d’être écrasé par un camion.
Mais il ne s’agit pas de n’importe quel chat, car celui-ci parle et se présente comme Loon, le prince du royaume des chats. Les chats ont désormais une dette envers Haru. Pendant la nuit, ils la comblent de cadeaux et le roi des chats en personne l’invite dans son royaume où elle devra épouser le prince Loon.
Le film est un conte initiatique sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte.

Ce film est sorti en France en 2003 et dure 1h15

J’avais déjà vu ce film il y a plusieurs années et j’ai voulu le revoir hier et j’aime toujours autant. Déjà il faut reconnaître que l’auteur a eu une sacrée imagination pour ce scénario et en plus c’est à la fois amusant et touchant.
La scène qui est la plus marquante c’est le défilé des chats : c’est vraiment remarquable ce travail. J’ai été également ému quand Haru revoit Yuki, une petite minette qu’elle avait rencontré lorsqu’elle était enfant et qu’elle avait nourri.
Pour conclure, c’est un très bon film d’animation où l’on est toujours en admiration devant de belles scènes et devant lequel on ne s’ennuie pas car il y a toujours des petites péripéties. Bref, « Le royaume des chats » est dépaysant et nous transporte dans un monde imaginaire avec merveille.

Les différents types de mangas

Voici une liste non exhaustive des différents types de mangas les plus connus :

Le Shonen : Le Shonen est généralement adressé aux adolescents (mais pas que). Ce type de manga met en scène un personnage central qui évolue au fil de l’histoire en tentant de devenir plus fort afin d’atteindre le but qu’il s’est fixé. L’amitié, la camaraderie et la famille sont au cœur de l’histoire.

Le Shojo : Un manga shojo est littéralement un manga pour jeune fille. Ce genre s’oppose donc au shonen et la cible est principalement des adolescentes. Le shojo explore la complexité des relations sociales dans son ensemble.
Le shojo traite aussi des différentes émotions que l’on éprouve envers les autres. que ce soit de l’amitié, de l’empathie ou de l’affection. Il est important de rappeler que les genres et types de manga sont des choses différentes. On peut trouver des œuvres de shojo horreur ou des œuvres de shojo policiers.

Le Seinen : Dans le Seinen, l’histoire et l’intrigue du manga est plus mature et cible donc un public plus adulte. Souvent les thèmes abordés sont très mystérieux voir sombres.

Le Josei : Le manga josei est destiné à un public féminin adulte. Les thèmes abordés sont très variés, il est donc difficile pour ce genre de bien définir ces frontières. La narration est plus mature, le josei représente des relations plus fidèles à la réalité, en somme moins surfaite.

Le Yuri : Les manga yuri traite de l’homosexualité entre femmes. Il ne faut pas confondre yuri et yaoi avec les mangas dit “hentai” qui sont des œuvres de charmes voir pornographique. Le manga Yuri relate des histoires homoromantiques.

Le Yaoi : Ces œuvres de fiction se concentrent sur les relations sentimentales voir sexuelles entre hommes. Ce type de manga trouve aussi son lectorat auprès des jeunes femmes. 

Kotarô wa Hitorigurashi (Kotaro en solo)

Kotaro en solo est un animé tragicomique adapté du manga Kotarō wa Hitori Gurashi de Mami Tsumura (non publié en France).

Synopsis : Un petit garçon emménage tout seul dans un immeuble délabré et sympathise avec son voisin, un auteur de manga fauché.

Cette série est composée de dix épisodes d’environ 28 minutes.

Voilà une petite série manga que j’ai beaucoup aimé même si au début, j’étais un peu sceptique car on suit un petit garçon âgé de quatre ans vivant seul et donc j’avais peur que cela manque de crédibilité.
Kotaro est donc très mâture pour son âge mais, il est aussi très apprécié par ses voisins, notamment un auteur de mangas fauché auquel il vont s’apporter du soutien au quotidien.
C’est au fil des épisodes que l’on apprend l’identité des parents du jeune garçon et la raison pour laquelle il se retrouve tout seul. Ainsi j’ai eu de plus en plus de compassion pour ce dernier qui se montre très courageux.
Cette petite série est donc à la fois joyeuse et émouvante car elle aborde des thèmes tels que la maltraitance, la solitude, l’amitié et la solidarité entre autres.
En conclusion, j’ai beaucoup aimé cette série que j’ai regardé en une soirée tant que c’est beau et distrayant.

Mes derniers achats #01


Résumé : Dans une petite cabane au fond des bois vit l’elfe artisan Magritte, ainsi que celui qui lui voue une adoration sans borne, le chasseur humain Yura. Bien qu’ils soient d’âges et d’espèces différentes, ils demeurent ensemble et créent des objets fabuleux pour répondre à diverses requêtes. Et si vous jetiez un œil à leur paisible vie, tissée au quotidien dans cet atelier forestier ?

Résumé : Alicia Faitlin, fille d’une famille aristocratique appauvrie, a été contrainte à un mariage arrangé par son oncle, mais le marié meurt subitement en pleine cérémonie. À la suite de cet incident, Alicia a été surnommée « La princesse de la mort ». Cependant, malgré sa réputation, on lui annonce qu’un jeune homme d’une riche famille, Kashburn Licen, veut lui demander sa main, ce qu’elle accepte immédiatement. Ce dernier est un noble arriviste dont la famille a été récemment promue au rang d’aristocrate. Alicia est mise en garde par plusieurs personnes contre cet homme appelé « le tyran » pour une raison que l’on ignore encore …

Résumé : Nanao et Machi sont deux chats qui vivent dans la rue. Ils se remplissent le ventre grâce aux “tables” que leur servent les humains, et vivent au quotidien au contact de la mort. À leurs yeux, les humains n’existent que pour les nourrir. Sauf qu’un beau jour, ils font la rencontre de Yoshino Narita, une jeune femme membre de cette espèce qu’ils exècrent tant. Pour elle comme pour eux, la première impression est catastrophique. Mais à terme, cette rencontre changera radicalement leurs vies à tous les trois…
L’indépendance vaut-elle qu’on y sacrifie la moitié de son espérance de vie ?

Résumé : Un jeune fille maladroite arrive sur terre pour soigner les âmes meurtries de ceux qu’elle rencontre. Une fable enchanteresse, aussi désopilante que touchante, et un chien irascible qui fait figure de drôle de mentor…
Kobato Hanato n’est pas une jeune fille comme les autres. À vrai dire, c’est même une personne tout à fait extraordinaire qui, découvrant le monde des humains, tente de l’appréhender à sa manière. En cela, elle est aidée par Ioryogi, un chien en peluche au caractère irascible, pas franchement commun lui non plus, puisqu’en plus de parler, il peut cracher des flammes ! C’est lui qui apprend à Kobato comment se comporter naturellement en société. Et ce n’est pas gagné d’avance. La jeune fille, dont la naïveté ne semble pas avoir de limite, multiplie les bourdes, en dépit de sa bonne volonté évidente. Pourtant, cette dernière a une mission à mener à bien, et d’importance : elle doit remplir une mystérieuse bouteille avec les « malheurs » d’âmes tourmentées. Alors seulement, Kobato pourra se rendre dans un endroit qui lui tient particulièrement à cœur. Un souhait noble et une destination qui soulève bien des interrogations, pour une « petite colombe » (traduction de Kobato en japonais) qui n’a de cesse de vouloir aider les autres au risque, parfois, de provoquer plus de catastrophes !